Soan en cavale au Café de La Danse

Soan concert 10 ans de Cavale

Soan sillonne actuellement la France pour la sortie de son album anniversaire “10 ans de cavale”. Un condensé de ses 5 précédents albums, accompagné de 5 inédits. Le vendredi 15 mars, il a fait escale au Café de La Danse pour fêter l’occasion de l’entendre chanter ses anciens titres.

20h les lumières s’éteignent, Soan apparaît entouré de ses quatre musiciens dont son guitariste Baptiste Ventadour qui a ouvert la première partie. Sous ses airs de punk, recouvert de tatouages comme autant de cicatrices et sa crête violette, il se dévoile à travers ses textes. Un contraste qui fait sa signature. Il ouvre son concert avec À Tire d’Ailes, cigarette au bec, incarnation d’un chanteur à textes profondément inscrit dans son époque. Son public venu pour certains de loin, fidèle à l’artiste, connaît ses paroles sur le bout des doigts. Hurler avec lui “Je t’aime, comme on aime dans les chansons, Du fin fond des nuits Parisiennes”, tombe sous le sens. Les retrouvailles sont joyeuses.

Soan nous fait la surprise d’inviter Mister Mali de Tryo et Kalune pour chanter A l’Ancienne, titre paru cette année. Le mélange de leurs deux univers est agréable et en fait un morceau taillé pour la scène, entre la sensibilité de Soan et l’esprit festif de Tryo.

Le chanteur quitte son tee-shirt révolutionnaire pour revêtir une robe noire, une façon de mettre en lumière sa sensibilité et tous les personnages féminins pour qui il chante. Il allume une énième clope. Dès lors, le concert prend une tournure différente plus Grunge et écorchée à la fois. Sur le visage de Soan se lit la douleur, non seulement de ses textes mais de son corps. Souffrant de fibromyalgie, il répète à plusieurs reprises qu’il est prêt à s’effondrer. Qu’on le laisse dormir 5 minutes, il revient après, plaisante-t-il. Il fume pour reprendre son souffle. Il lutte, adapte la set-list en fonction de ses capacités. Paradoxalement, c’est dans sa vulnérabilité que Soan se dévoile et vient nous toucher au plus profond de notre humanité. Alors on fait de notre mieux pour l’encourager. Deux-trois énergumènes en profitent pour échanger des joutes verbales avec l’artiste dont la rhétorique franchement limitée ne gagnera l’adhésion de personne. Il nous en faudra un peu plus pour gâcher la soirée, Soan bien décidé à chanter pour son public coûte que coûte.

(voir les photos sur Flickr)

C’est durant la seconde partie de son concert que l’artiste vient me chercher et me fait tomber sous le charme de son univers à travers ses différents titres – Erratum, Jupiter, Regarde-moi – mêlant la force du rock et la finesse de la poésie.

Avec sa guitare, il reprend Jojo “Vous connaissez un certain Jacques Brel ? C’est un gars qui a de l’avenir”. Il en fait une interprétation très personnelle, les cordes et la voix grave dans une dimension sombre et rock qui fonctionne à merveille.

“Six pieds sous terre tu chantes encore, six pieds sous terre tu n’es pas mort.”

Jacques Brel

Des paroles puissantes, profondément mélancoliques et belles, que Soan s’approprie, mêlant l’amitié et l’admiration que l’on porte à quelqu’un.

Il termine en rappel sur Putain de Ballerine, mimant cette petite danseuse qu’il tient en équilibre dans sa main. Soan a ce talent d’utiliser les mots justes, de nous toucher avec des histoires simples, la voix éraillée comme s’il allait chercher les émotions dans le fond de son ventre. Le besoin d’extérioriser, de sortir les choses dans l’urgence. Il nous brise le cœur à chaque fin de vers, nous faisant vivre cette chanson comme si nous l’eprouvions dans notre chair.

En rappel, ce sont ses musiciens qui viennent le porter, redoublant d’effort pour faire bouger le public avec La Chute et Eyahé. Il n’a pas chanté Emily, titre majeur de son premier album, Tant Pis, il nous a déjà tellement donné qu’on ne peut pas en être déçu. Il nous a offert 2 heures de concert, 2 heures durant lesquelles nous sommes passés par une belle palette d’émotions, de l’envie de tout casser à l’envie de chialer.

Un artiste sincère, beau dans ses forces comme dans ses failles. 10 ans de cavale qu’on espère le début d’une longue aventure.

Soan en cavale au Café de La Danse
4.7 (93.33%) 6 votes
%d blogueurs aiment cette page :