Comment prendre soin de son tatouage pendant la phase de cicatrisation ?

Il y a 5 ans, je me faisais tatouée pour la première fois : une plume, symbole de ma passion pour l’écriture profondément inscrite en moi. Si je flippais de passer sous les aiguilles, il y a une autre étape qui interroge souvent les nouveaux tatoués, ce à quoi je n’ai pas échappé : la phase de cicatrisation. Combien de temps dure-t-elle ? Quelle crème utiliser ? Y en a-t-il une meilleure que les autres ?

Pourquoi c’est important de prendre soin de son tatouage?

Il y a deux semaines, j’ai accompagné un ami se faire tatouer pour son tout premier. Quelques jours après, il avait le bras rouge, gonflé et légèrement suintant. Le constat était sans appel : infection. (Comme quoi, ce n’est pas un mythe). J’ignore la cause mais quand il m’a dit comment il prenait soin de son tatouage, j’étais presque hors-de-moi : Mais comment c’est possible ??? J’ai remarqué que les tatoueurs n’expliquent pas toujours les bons gestes à adopter voire donnent des conseils relativement aléatoires. Et ça été son cas. Si j’avais su, j’aurai pensé à lui donner ces recommandations plus tôt.

Vous me demanderez : mais quelle légitimité ai-je de mieux savoir que votre tatoueur lui-même ? Aucune. J’ai eu cette chance d’être bien conseillée par mon premier tatoueur (Gorbalex) et une amie (Cammiyu). Je sais qu’au moment où en rentre chez soi, on se sent souvent perdu. Après la fierté ressentie de voir son nouveau projet inscrit dans sa chair, il est normal de vouloir en prendre soin, pour qu’il cicatrice bien, pour éviter les retouches et parce qu’on tient absolument à ce qu’il reste beau le plus longtemps possible.

Je n’ai pas la prétention de tout savoir, mais j’ose espérer vous transmettre les bons gestes et les bons conseils.

Cicatrisation tatouage
1 mois après

Les bons réflexes de cicatrisation

1/ Le cellophane

Lorsque je suis sortie du shop, j’avais le bras recouvert de cellophane. On se sent toujours un peu drôle avec ce truc sur soi. Mélange de fierté d’avoir surmonté l’épreuve du premier tattoo, d’impatience d’admirer le résultat et d’amusement face au film alimentaire qui vous donne l’impression d’être un morceau de viande.

Le cellophane que vous a mis le tatoueur sert à le protéger et protéger vos vêtement le temps du trajet. Inutile de le garder pendant 5 jours, ce n’est pas un pansement et vous ne sortez pas non plus d’une opération chirurgicale (même si vous avez mal). La peau cicatrice mieux à l’air libre, alors gardez-le seulement une à deux heures.

En plus, vous aurez la satisfaction de voir vraiment à quoi il ressemble. Alors verdict ? Il est beau ? 🙂

2/ Le nettoyer

Une fois que votre bras/jambe ou autre, ne ressemble plus à un rôti près à mettre au frigo, vous devez nettoyer votre tatouage. Le tatoueur m’avait appliqué un corps gras que j’ai frotté délicatement afin de l’enlever (j’ai bien précisément délicatement, pas avec la face verte de l’éponge, ni même avec une fleur de douche…). Faites-le à l’eau tiède pour ne pas que ça vous brûle – c’est sensible quand même – et avec un savon au PH neutre.

Votre tatouage risque de perdre un peu d’encre, voire vous risquez de saigner un peu : pas de panique. Le surplus va dégorger tout au long de la phase de cicatrisation. Une fois propre, vous pouvez sécher votre nouveau protégé délicatement avec une serviette propre ou un sopalin. Eh oui, on évite les microbes au maximum tant qu’à faire.

Durant toute la semaine qui a suivi, lorsque je prenais ma douche j’évitais au maximum le contact avec l’eau et le savon. J’ai eu écho qu’il n’était pas nécessaire de nettoyer trop souvent son tatouage, voire que le savon n’était forcément pas bon. J’émets des pincettes sur cette information, mais j’ai toujours fonctionné ainsi pour tous mes tattoos. (Si un professionnel peut me confirmer l’info ce serait chouette !)

3/ Laissez-le tranquille 

Je sais que le premier réflexe que vous allez avoir ensuite, c’est de vouloir lui mettre des tonnes et des tonnes de crème. STOP. C’est inutile. Mon tatoueur, Gorbalex, m’a dit que moins on mettait de chose dessus dans un premier temps, mieux le tatouage cicatrisait. Pendant 2-3 jours, vous le laissez tranquille. Après X heures de tatouages, votre peau est encore à vif, alors accordez-lui un peu de repos, promis, elle sera contente. C’est à ce moment que votre tatouage va commencer à former ses premières croûtes. Si les démangeaisons commencent, c’est le signe qu’il est temps de l’hydrater. 

4/ Et je m’habille comment maintenant ?

Ça, c’est le grand dilemme ; quand vous vous retrouvez devant votre dressing. On vous dit qu’il faut protéger votre tatouage des agressions extérieures et en même temps, qu’il ne faut pas l’enfermer. Complexe quand même comme situation !

Pour ma part, je faisais très attention à ce que mon avant-bras entre en contact avec le moins de chose possible. Les deux premiers jours, j’ai mis un tee-shirt d’été à manche courte (début novembre, normal…), même si j’ai vite ressorti les pulls. En vrai, un tee-shirt ou un vêtement ample suffit. Et si vous vous êtes fait tatoué la fesse… Pas de bol ! Oubliez la sexy-attitude et optez pour des sous-vêtements et vêtements dans lesquels vous êtes à l’aise. 

Petite précision – même si je pense qu’on vous la suffisamment dit et redit – en plein été protégez-vous ! Si vous voulez préserver l’encre le plus longtemps possible, vous avez deux solutions : crème solaire ou vêtement.

5 ans plus tard, j’y fais toujours attention. Résultat : Zéro coup de soleil et c’est tout mon corps qui me remercie. Comme quoi se faire tatouer a du bon, on fait plus attention à sa peau.

5/ Quelle crème utiliser ?

Même si vous mourrez d’envie de vous grattez jusqu’à la moëlle, la règle d’or c’est justement de ne PAS toucher à votre magnifique tout-nouveau-tatouage et la crème va vous y aider.

La plupart du temps, les tatoueurs vous conseillent la Bépanthen. Pour ma part, j’ai testé un autre produit que m’a conseillé mon amie Cam-miyu – désormais tatoueuse en Belgique. Il s’agit de Scared Scar, un baume entièrement biologique fabriqué à base de cire d’abeille et de propolis. Grâce à celle-ci, je n’ai pas connu le supplice des démangeaisons. Je ne lui ai trouvé que des avantages : en plus d’aider à la cicatrisation, c’est pas cher, pas de produits chimiques, elle sent bon les plantes et est vraiment apaisante.

Les pots peuvent vous paraître petits, mais je n’ai jamais utilisé l’intégralité du mien qui faisait 20 grammes. Je continue à l’utiliser pour m’hydrater les lèvres. C’est un produit que je recommande.

Vous pouvez commandez en ligne.

6/ l’application de la crème

La plupart des personnes que je connais ont tendance à badigeonner leur tatouage 15 fois par jour avec une couche épaisse de 10 centimètres. A chaque fois, j’ai envie de hurler : mais pourquoi tu fais ça ??? T’as peur que ton bras tombe en poussière s’il y a moins d’un millimètre de crème ou c’est juste pour exposer à tout le monde que t’es tatoué(e) ? 

Dans tous les cas, évitez. Vous aurez bien d’autres occasions pour exhiber votre magnifique tout-beau-tout-nouveau-tatouage. L’application du baume (ou de la crème) 2 à 3 fois par jour suffit. Le baume étant un corps gras, il n’est pas nécessaire de trop en mettre, en revanche pensez à bien l’étaler. J’ai fait l’erreur de ne pas le faire suffisamment ce qui m’a provoqué de petits boutons au niveau de l’encre blanche. Lors de mon second tatouage, je n’ai pas eu ce problème.

7/ Le temps des soins

Il faut compter environ 3 semaines de soin, mais vous verrez que naturellement, ce que vous faisiez scrupuleusement – et à l’excès – vous oublierez progressivement de le faire. Vous mettrez moins souvent de la crème et vous reprendrez possession de cette portion de peau devenue étrangère.

En moyenne, il faut compter deux mois pour la cicatrisation d’un tatouage. 1 mois et demi après, je suis retournée voir mon tatoueur GORBALEX. Constat: très bonne cicatrisation, même pas besoin d’une séance de retouche ! Hip-hip-hip ! (Hourra)

Cicatrisation tatouage
4 mois après

Pendant plus de 15 jours, j’en ai pris aussi aussi soin qu’un nouveau né. Je l’ai l’admiré, chouchouté, aimé profondément… Pour finalement l’oublier. Cette plume, que je regardai comme la chose la plus précieuse, fait désormais partie intégrante de moi, de ma personnalité, au même titre que ma passion.

Voilà ! J’espère que vous vous sentirez un peu moins perdu après la lecture de cet article. 🙂 N’hésitez pas à laisser un avis si mon retour d’expérience vous a été utile.

Comment prendre soin de son tatouage pendant la phase de cicatrisation ?
4.5 (89.23%) 13 votes
%d blogueurs aiment cette page :